Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juillet 2021 3 21 /07 /juillet /2021 17:06

Acteur fétiche du cinéaste Noah Baumbach (de "While we're young" à "Marriage story"), à l'aise pour Jim Jarmush qu'il lutte contre les zombies ("The dead don't die") ou qu'il écrive des poèmes sur le quotidien ("Paterson"), Adam Driver, acteur discret, s'est imposé essentiellement grace à des choix judicieux. Il a déja tourné avec Clint Eastwood ("J edgar"), Spielberg ("Lincoln"), les frères Coen ("Inside Leewyn Davis"), Scorsese ("Silence") ou Spike Lee ("BlackKlaxMan").

Le grand public le connait surtout en Kylo Ren dans la franchise "Star wars", il est aujourd'hui à l'afficje de l'opéra Rock "Annette" de Leos Carax et on le verra bientôt dans le prochain Ridley Scott "Le dernier duel".

Belle première décennie, souhaitons lui de continuer avec la même veine, il en a indéniablement le potentiel et savourons ce bel hommage que lui rend Laetitia Masson pour Arte Blow up.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2021 7 11 /07 /juillet /2021 14:09

Tout a surement commencé au début des années 60 lorsque Jacques Demy présente so,n drame entièrement chanté "Les parapluies de Cherbourg" composé par Michel Legrand. Palme d'Or mythique qui de surcroit imposait Catherine Deneuve.

Dans les années 70, c'est el québécois Gille Carle, alors très en vogue sur la scène internationale qui présente en ouverture de Cannes une comédie musicale écolo un epu naive certes mais sincère. La belle Carole Laure muse du cinéaste y est resplendissante et chante les belels mélodies composées par so ncompagnon Lewis Furey.

Prés de 20 ans après "Le sparapluies de Cherbourg", u nnouveau fikm musical décroche la Palme d'Or : "All that jazz" du célèbre chorégraphe Bob Fosse, réalisateur du mythique "Cabaret' filme ici la mort d'un célèbre chorégraphe. Il fallaits aussi, c'est kitsch mais original et comme c'est Jessica Lange qu iincarne la mort, comment résister ?

Nouveau film musical récompené à Cannes, "Dancing in the dark" de Lars von trier, drame ponctué de morceaux musiciaux signés Bjork, Palme d'or pout Lars von trier, Prix d'interprétation pour Bjork, joli doublé pour un très beau film.

Cette année encore, retour au film musical pour ouvrir ce festival de Cannes de l'après Covid. Avec "Annette", le trop rare Leos Carax filme Marion Cotillard et Adam Driver sur une partition des Sparks Le cinéaste qui rendait hommage dans "Holy motors" au cinéma en général et à Jacques Demy en paerticulier au travers du personange joué" par Kylie minogue. La boucle est bouclée.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2021 7 27 /06 /juin /2021 13:16

Il se fit connaitre du grand public en incarnant l'un des méchants les plus classieux de la franchise James Bond dans "Casino royale".

Mais, l'acteur danois convoité par les grands studios impose vraiment son charisme dans les films d'auteur de son pays, notamment les films de Nicolas Winding Refn tel 'Pusher" ou Thomas Vinterberg tel "La chasse".

Aujourd'hui encore, il est épatant dans "Drunk", le nouveau film du cinéaste danois, film à mon avis surfait et qu ivaut justeme,nt essentiellement pour son acteur principal.

Ce dernier confrime tout le bien qu'on pense de lui et plus encore, la scène finale de "Drunk" noos donne envie de voir l'acteur dans une comédie musicale signée Damien Chazelle, il n'est pas interdit de rêver.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2021 6 19 /06 /juin /2021 13:31

Bruno derrière la caméra (mais parfois devant), Denis devant la  caméra (mais parfois derrière), les 2 hommes nous ont d'abord parlé dans les années 90 de leur enfance avac des filsm comme "Versailles rive gauche".

Inénarrables lorsqu'ils adaptent Leroux (le muystère de la chambre jaune), leur humour décalé et pince sans rire fait souvent mouche pour évoquer dans des comédies douces amères nos propres angoisses (de "Liberté Oléron" à "Comme un avion" );

Aujourd'hui, les 2 frères s'attaquent avec leur univers si particulier aux start up et leur soi disant bien-être dans les nouvelles entreprises. C'est drole et intelligent comme toujours, merci messieurs.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2021 1 24 /05 /mai /2021 13:14

Depuis "Bernie", Dupontel a bien changé; son humour est certes moins décapant et cette tendance, nettement prononcée avec son précédent film issu d'une adaptation de roman se confirme ici avec ce scénario original. Cependant, Dupontel n'a rien perdu de son esprit contestataire et n'épargne pas une nouvelle fois l'ordre établi. Son scénario, parfaitement construit, sans temps mort, nosu réserve des passages franchement (l'apparition de Terry Gilliam est du pur bonheur) mais Dupontel a choisi ici plus que jamais de miser aussi sur l'émotion et il y parvient parfaitement avec l'aide de son actrice Virginie Effira au potentiel dramatique remarquable; Côté humour, Dupontel parie à nouveau sur son complice de toujours, Nicolas Marié, inénarrable en aveugle voulant rendre service. "Adieu les cons" est un film qui fait rire, qui fait pleurer et qui nous révolte, signe que son cinéaste est un très grand.

Partager cet article
Repost0
16 mai 2021 7 16 /05 /mai /2021 13:33

Le concept du film d'A. Aja est extrêmement simple mais terriblement efficace : une femme amnésique se réveille enfermée dans une capsule cryogénique en train de perdre son oxygène. Deux problèmes majeurs s'imposent à elle, qui suis-je et comment survivre. Quasi huis clos où le personnage féminin a pour principal interlocuteur une entité informatique, A. Aja mélange habilement scènes de pression hystérique et scènes de réflexion de survie. Au fil du récit, celui-ci s'étoffe et en découvrant l'identité de l'héroïne, le film laisse entrevoir l'avenir noir de notre planète. Le film d'Aja n'est donc pas qu'un exercice de style mais possède un scénario de SF plutôt malin. Pratiquement seule sur l'écran, Mélanie Laurent est parfaite dans le rôle et sa prestation sert à maintenir la tension du film. Tout cela parfaitement agencé peut par contre paraitre un peu froid, c'est bien le seul bémol que l'on peut donner à ce film, la plus belle réussite de son metteur en scène.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2021 6 01 /05 /mai /2021 12:47

Passe de trois pour l'actrice lors de la remise des Oscars 2021 : 

Fin des années 90, son personnage de fliquette enceinte jusqu'au dents dans "Fargo" lui vaut sa première statuette. Pas étonnant, l'univers déjanté des frères Coen lui va si bien de "Sang pour sang", premier opus des 2 frères jusqu'à "Burn after reading"

 

Excellente chez Ken Loach ("Hidden agenda") ou Gus van Sant ("Promised land"), elle obtient sa deuxième statuette pour "3 billboards", un film qui louche inévitablement sur l'univers des frères Coen.

Frances McDormand excelle aussi chez Wes Anderson ("Moonrise kingdom", "L'ile aux chiens") et deviens donc cette année la 2ème actrice la plus oscarisée (derrière Katherine Hepburn !) avec sa fascinante prestation dans le film gagnant de la soirée "Nomanland", un road movie pas comme les autres.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2021 7 11 /04 /avril /2021 11:16

Brandon Cronenberg prouve avec ce deuxième long métrage qu'il est bien le fils de son père. On retrouve le même gout pour  un univers fantastique cauchemardesque, pour une fascination pour tout ce qui touche à l'organique et une originalité de ton dans la narration.
Entre "scanners" ou "existenz", on retrouve les thèmes de la manipulation du cerveau et l'utilisation ultime des nouveaux moyens de communication.
Expérimentale à souhait, la mise en scène consiste essentiellement à une déformation des images et des sons et le résultat est impressionnant, compensant un budget limité. 
Public non averti, passez votre chemin, le film n'est pas forcément aimable et certaines scènes tombent quand même dans l'abus du gore. 
Mais Cronenberg Jr est un cinéaste à suivre, si il ne démarque pas de son père, il se démarque d'une certaine démarche conventiionnelle  qui uniformise un peu trop en ce moment le cinéma dit de genre. 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 14:31

Il n'était pas qu'un cinéaste majeur du cinéma français de part son éclectisme et son acuité sociale, il était aussi un formidable passeur de sa passion cinéphile, il savait nous donner envie de découvrir le cinéma des autres, il ,nous a fait aimer le cinéma, toute sorte de cinéma , à travers ses propres films, à travers ses livres, à travers ses propos, à travers cette belle évocation du cinéma français

Partager cet article
Repost0
21 mars 2021 7 21 /03 /mars /2021 13:27

Cocteau, Almodovar, Swinton, trio on ne peut plus alléchant même si c'est pour un court métrage. Du texte de Cocteau, Almodovar ne retient pas tout mais au moins l'essentiel, la discussion au téléphone est plus concentrée et moins déconstruite avec un impact émotionnel moindre que dans le film que Rosselini avait réalisé fin des années 40 avec la Magnani. Il n'empeche que l'audace de la mise en scène du cinéate espagnol dans un décor unique dépouillé à l'extrême ( un appartement sans paroi, référence peut-etre au "Dogqville "de Lars von Trier au dépouillement encore plsu extrême). emporte l'adhésion. Il n'empêche que si une actrice plus almadovarienne comme Marisa Paredes aurait été parfaite dans un registre similaire à la Magnani, la rencontre avec la toujours excellente actrice anglaise est un pur bonheur, fugitif mais réel. Almodovar a finalement gommé le côté mélodramatique pour filmer une femme désespérée mais prête à rebondir. Immanquable.

Partager cet article
Repost0